Morganours encore et encore

Morganours est un patron pour enfants du créateur Aime Comme Marie.

Morganours-mome

J’ai découvert ce basic idéal pour moi afin de réaliser tous les shorts, joggings et pyjamas de ma fille. Le challenge que je me suis fixé était d’arriver à réaliser toute la garde-robe de ma fille moi-même. Outre ma passion dévorante pour la couture et la création, ma démarche s’inscrit dans une logique écologique et économique de consommation consciente et raisonnée : il serait en effet plus rapide d’aller me fournir à petit budget chez le suédois ou l’espagnol ou le prix unique… Mais je ne voulais plus continuer à sponsoriser par mon pouvoir d’achat une industrie de la mode peu respectueuse des conditions de travail de ses employés au bout du monde et du coût réel de production des vêtements.

Dans cette démarche donc, je cherchais Le patron de pantalon universel qui me permettrait de remplacer les pantalons et les jeans, qui sont trop longs et fastidieux à réaliser. De plus pour faire du sport à l’école ou pour bouger librement dans ses vêtements, je préférais l’option jogging.

J’aime ce modèle Morganours par ce coté à la fois confortable du jogging et très mode, parce qu’il est froncé et qu’il a une forme de sarouel. Il est très rapide à coudre car le jersey ou le molleton n’a pas besoin d’être surfilé. Je le décline en pyjama, sans les poches et sans les boutonnières avec le lien coulissant à la taille pour encore plus de rapidité.

Il est enfin économique car j’arrive toujours à caser des petits shorts de sport ou de pyjama dans mes chutes de tissu.

En version short et pantalon de pyjama, tissu Oeko-Tex jersey Licorne de chez Ma Petite Mercerie pour 8,80 euros en tout:

En version pantalon et short de sport avec poches et lien coulissant, tissu Jersey Happy Cats de chez ma Petite Mercerie pour 13 euros le tout :

En version short de sport et veste Scämmit de l’atelier Scämmit : tissu jersey de chez Cousette, parce que toutes mes chutes de jersey finissent toujours en Morganours:

En version molleton, short de sport et veste Scämmit de l’atelier Scämmit : un magnifique molleton chiné 100% coton et très agréable à coudre de chez Ma Petite Mercerie pour 13 euros le tout:

Et ce n’est qu’un début, je crois que ce patron va accompagner toute l’enfance de ma fille…

Publicités

Point cosmétiques: la crème de nuit

Je vous parlais il y a quelques temps de la créations de cosmétiques maison et bio. Voici un complément: il me manquait une crème de nuit, en voici la recette.

Toujours basée sur la méthode « one-pot » très simple pour commencer et respectant les proportions de base données par la blogueuse Réo.

Ingrédients à ajouter à chaud :

Ingrédients à ajouter à froid :

  • 4 gouttes de CO2 de grenade bio
  • 4 gouttes d’huile essentielle d’Ylang Ylang (optionnel, sert à réguler la production de sébum)
  • 1 pointe de couteau d‘acide hyaluronique
  • 10 gouttes de conservateur Cosguard

Je vous rappelle la recette :

Après avoir scrupuleusement désinfecté tout le matériel,

  • Je mets en place un bain marie avec une petite casserole et un bol de cuisine en inox désinfecté au dessus. L’eau ne doit pas toucher le bol.
  • Je place dans le bol tous les ingrédients à chaud ci-dessus. Je fais chauffer l’eau à feu moyen jusqu’à ce que l’émulsifiant fonde. Je mélange énergiquement avec un mini-fouet désinfecté jusqu’à ce que le mélange soit bien homogène.
  • Je retire du feu et je place le bol dans un saladier d’eau froide pour le refroidir rapidement. Je continue à mélanger 3 minutes jusqu’à ce que le mélange refroidisse.
  • Ensuite j’ajoute les ingrédients à froid et je mélange jusqu’à obtenir une crème homogène.
  • Je transfère enfin dans un pot stérile.

Le Trench Isla de Named Clothing

Ce patron de 2015 pourrait bien devenir mythique chez les couturières en herbe… Il s’agit du Trench Isla de Named Clothing, une marque de création de patrons finlandaise.

Trench Isla d'après le patron de Named Clothing
Trench Isla d’après le patron de Named Clothing

Je l’ai réalisé dans une gabardine de coton de très belle qualité, bien lourde, provenant de chez Sacrés Coupons. La doublure est en batiste de coton blanche avec de discrètes rayures bleues, également de chez Sacrés Coupons.

J’ai raccourci le Trench de 37 cm par rapport au patron… car je souhaitais une allure plus casual et sportive, et je ne mesure que 1m65… j’ai peut-être eu un peu la main lourde et je l’ai regretté. J’ai donc dû bidouiller pour récupérer 3 cm en bas. Le boléro étant assez volumineux et long, du coup je trouve que cela casse un peu la silhouette de trop le raccourcir, je ne sais pas ce que vous en pensez?

Ce vêtement me revient à moins de 60 euros:

  • 27,5 euros pour 3m de gabardine
  • 8 euros pour environ 2m de doublure
  • 4 euros environ de fil
  • 12 euros de boutons
  • + de l’entoilage

Le résultat me satisfait globalement, mais il est vrai qu’il s’agit d’un patron compliqué qui m’a posé quelques casses-tête.

IMG_2929IMG_2934IMG_2935IMG_2944

Je vous partage mon retour d’expérience :

  • Tout d’abord j’ai appris à mes dépens qu’on ne repasse JAMAIS la gabardine en appliquant le fer directement sur le tissu, sinon le tissu est lustré. Il faut utiliser une pattemouille. Si la bêtise est faite, on peut récupérer le tissu en utilisant une pattemouille imbibée d’un mélange moitié eau, moitié vinaigre.
  • L’entoilage recommandé dans le patron est peut-être superflu pour un tissu lourd et épais comme celui que j’ai utilisé. Si c’était à refaire, je n’entoilerais pas le boléro, ni les épaules, ni le col, ni les revers de poches, pour un tombé bien souple et harmonieux du tissu.
  • Je n’ai pas eu de difficultés majeures pour les poches, qui, en suivant méticuleusement les instructions, tombent en place facilement.
  • Pas de difficulté majeure pour le pli derrière, même si les schémas du patron sont incompréhensibles. En fait c’est une question de logique : chaque bord du soufflet est cousu bord à bord, le haut du soufflet tombe en place assez naturellement. J’ai cousu le bas du trench en dernier car j’ai souhaité terminer le bas par un biais rapporté (j’avais coupé le trench trop court, et du coup j’ai voulu récupérer 3 cm en bas par cette technique).
  • En revanche, sueurs froides pour le col, j’ai eu un mal fou à bâtir les pièces ensembles. Une fois terminé, la couture en bas du col s’est déchirée, la marge de couture était trop faible… du coup j’ai dû bidouiller et la couture n’est pas propre, mais elle est cachée par la ceinture du col.
  • J’ai été un peu surprise par l’assemblage des épaules qui formaient naturellement des fronces. J’ai choisi de garder les fronces pour un coté plus féminin, et sachant que cela se fait sur certains modèles de Trench.
  • Je n’ai pas mis d’épaulettes sachant que le vêtement était trop entoilé à mon goût au niveau des épaules et qu’il était déjà bien raide comme cela.

Voici quelques photos techniques pour aider, je l’espère, celles qui voudraient se lancer :

La couture de la doublure sur le soufflet bord à bord :

Trench Isla d'après le patron de  Named Clothing
Trench Isla d’après le patron de Named Clothing

Le montage du col :

Trench Isla d'après le patron de Named Clothing
Trench Isla d’après le patron de Named Clothing

 

Le montage des poches…

Page 10 des instructions :

On marque l’emplacement des fentes à la craie et au fil.  On coud ensuite chaque partie de la poche de part et d’autre, le « welt » N°13 à gauche sur la photo et le « welt facing » n°14 entoilé à droite sur la photo :

Page 11 des instructions :

  1. On découpe la fente comme indiqué dans les instruction et on passe le « welt facing » n°14 sous la fente. Puis on retourne le vêtement sur l’envers :
  2. On coud le « inner pocket bag » au « welt facing » n°14.
  3. On coud le « outer pocket bag » à la marge de couture du « welt » N°13.
  4. On coud le « inner pocket bag » et le « outer pocket bag » ensembles.

 

On retourne le vêtement sur l’endroit et on replie le « welt » N°13 vers le haut du vêtement de manière à cacher la fente et on écrase au fer. On fixe avec des coutures latérales.

img_3426.jpg

Au final on plie le revers de poche en deux vers le bas du vêtement et on le fixe avec un point invisible. J’ai choisi de le fixer avec un bouton purement décoratif.

IMG_3429

Une parenthèse cosmétiques maison…

Ma première gamme de cosmétiques maison hydratants et anti-rides utilisant les meilleurs ingrédients bio.
Ma première gamme de cosmétiques maison hydratants et anti-rides utilisant parmi les meilleurs actifs bio.

Les créations d’Antoinette est à l’origine un blog de couture, mais quand on commence à faire soi-même les choses que l’on achetait auparavant, cela déclenche une prise de conscience grandissante comme par l’effet d’un cercle vertueux…

C’est ainsi que j’ai commencé à créer mes cosmétiques maison parmi d’autres créations et que je souhaiterais faire évoluer le propos de ce blog.

Il peut y avoir beaucoup de raisons pour créer ses cosmétiques maison :

  • Le plaisir de faire soi-même avec toutes les possibilités de créativité que cela offre.
  • Les raisons économiques quand on réalise que l’on peut diviser par 4 ou 5 le prix de ses cosmétiques.

Quand on achète un produit cosmétique, il faut savoir que la moitié du prix, ou plus, sert à financer les marges du laboratoire et des intermédiaires commerciaux. Ensuite le prix finance l’effort marketing (la pub). Il sert aussi à financer la recherche et l’innovation pour trouver l’actif anti-ride unique et différenciateur sur le plan marketing, afin de justifier que l’utilisateur paie un certain prix.  La boucle est bouclée. Pourtant toutes les études de consommateurs montrent que l’actif anti-ride miracle n’existe pas à ce jour, et que les seules crèmes « prouvées » n’ont qu’un effet visible au microscope en laboratoire, mais pas à l’œil nu.

Or il existe cependant des actifs cosmétiques très efficaces pour leur action hydratante, protectrice, nourrissante, régénérante, anti-inflammatoire ou anti-oxydantes pour la peau. Certains de ces actifs sont connus depuis l’antiquité ( le miel, les huiles végétales, les eaux de plantes, les produits laitiers, les cires…) et d’autres sont récents (l’acide hyaluronique, le coenzyme Q10 etc…). Ces ingrédients sont disponibles à l’achat ou se trouvent déjà dans votre cuisine sans que vous le sachiez. Tout est là pour vous permettre de réaliser les meilleurs cosmétiques bio.

  • La possibilité de faire du sur-mesure et de n’utiliser que les ingrédients les plus adaptés à sa peau : on peut varier les formulations de manière à trouver LA composition qui va être suffisamment hydratante sans être trop grasse pour SA peau à soi.  Personnellement je n’avais jamais trouvé de crème suffisamment hydratante pour ma peau dans le commerce. Les cosmétiques maison permettent de choisir les parfums que l’on aime, ou au contraire d’éliminer des ingrédients de texture ou de parfum qui servent uniquement à vendre plus, et à satisfaire une demande du marché uniformisée.

Par exemple: parmi les meilleurs ingrédients actifs en cosmétiques, on compte l’huile de bourrache, l’huile de germe de blé ou d’onagre… et bien en cosmétique maison, on peut utiliser ces ingrédients à souhait sans se soucier de savoir si leur parfum (un peu particulier il est vrai…) correspond ou pas à la demande du marché.

  • La possibilité de s’abstraire des contraintes du marketing : le marketing d’un produit cosmétique coûte cher comme on l’a vu, et par ailleurs le produit final est contraint par un prix acceptable par le marché. Donc le laboratoire qui crée les formulations a une contrainte de coût de matières premières, qui fait que même les marques bio les plus respectables ne vont pas utiliser 100% des meilleurs ingrédients. Elles vont utiliser quelques principes actifs puissants, puis compléter par des ingrédients à moindre coût pour rentrer dans le budget.

J’ai réalisé ce mécanisme en lisant la composition de ma marque bio fétiche que j’utilise depuis des années. La marque met en avant un actif phare très noble, par exemple l’extrait de grenade ou d’onagre, mais quand on lit l’étiquette, on achète en fait surtout de l’eau, de l’huile de tournesol ou de l’huile de sésame, comme celles que j’utilise en bidons d’un litre pour la cuisine…

  • Des raisons écologiques bien sûr, de manière à ne sélectionner que les meilleurs ingrédients bio, et à réutiliser des contenants. En divisant le prix des cosmétiques par 5, le bio devient accessible à tous…
  • Des raisons qualitatives car on a le contrôle sur chaque ingrédient que l’on sélectionne méticuleusement, et parce que l’économie considérable que l’on réalise permet d’utiliser des ingrédients plus qualitatifs, parfois plus chers, et plus concentrés que ce que l’on peut trouver dans le commerce.
  • L’intérêt d’apprendre et de comprendre les formulations : créer ses cosmétiques implique aussi un désir de s’instruire et de comprendre les formulations des laboratoires. Cela devient très utile pour décrypter les étiquettes et comprendre les produits de valeur ou de moindre valeur… cela renforce cet effet de cercle vertueux où l’on devient acteur et maître de sa consommation au lieu de subir un matraquage marketing.

Mais venons-en au cas pratique, je vous partage ici mes recettes testées pour peau sèche et « matures » ( à partir de 40 ans) :

Les principes de sécurité :

Il faut toujours faire un test de chaque ingrédient nouveau 48 heures à l’avance dans le pli du coude pour écarter les risques d’allergies.

Avant toute chose, il faut au préalable désinfecter tous ses instruments et contenants ainsi que ses plans de travail. Je fais bouillir 10 minutes les instruments qui supportent la cuisson et je passe à l’alcool les ingrédients plastiques.

Autre principe d’hygiène : les préparations qui comportent une phase aqueuse requièrent l’utilisation de conservateurs. On trouve des conservateurs bio dans le commerce certifiés par Ecocert.

 

Les ustensiles de base pour commencer simplement et sans se ruiner
Les ustensiles de base pour commencer simplement et sans se ruiner

 

Les principes de base :

Enfin un principe chimique : l’eau et l’huile ne se mélangent pas. Pour créer une crème à base d’huiles végétales et d’hydrolats ( eau de rose, de bleuet etc…), il faut un agent émulsionnant, afin d’unir l’eau et l’huile. Le marchant en ligne Aroma-Zone propose ainsi des bases de crèmes compatibles Ecocert pour réaliser des émulsions. Ces bases de crème servent aussi à maintenir l’hydratation dans la peau.

Si l’on veut être créatif et inventer de nouvelles formules, il faut se munir de papier ph et vérifier le ph de ses créations afin de vérifier qu’elles soient compatible avec le ph de la peau. On recommande un ph entre 5,5 et 6,5.

Mes ingrédients de base :

Mes ingrédients de base pour commencer simplement et sans se ruiner
Mes ingrédients de base pour commencer simplement et sans se ruiner

Le déodorant

J’utilise un mélange :

  • 50% d‘huile de coco vierge première pression à froid et bio
  • 50% de bicarbonate alimentaire

Et c’est tout!

J’utilise cette formule depuis des mois et je la trouve redoutablement efficace, autant sinon plus que les déodorants du commerce.

  • Je fais chauffer doucement l’huile de coco dans une casserole et j’ajoute le bicarbonate. je mélange constamment.
  • Je verse dans mon récipient propre.
  • Puis je laisse refroidir en mélangeant de temps à autre.
  • Je mets au réfrigérateur et je mélange de temps à autres.

Le lait démaquillant

J’ai trouvé cette formule dans le livre « Mon cahier de beauté naturelle » de Sophie Lacoste et Lisa Pascal.

L’énorme avantage de ce livre est qu’il présente des formules à base d’ingrédients simples et essentiellement alimentaires.  Les formulations ne sont pas dans une logique de vente d’ingrédients de base chers et multiples, contrairement aux sites marchands de cosmétiques maison. L’information et les formules proposées sont donc indépendantes d’objectifs commerciaux.

Voici leur formule présentée comme « anti-ride » mais surtout ultra hydratante de lait de rose à la crème fleurette :

  • 1 mesure de crème fleurette bio
  • 1 mesure de miel d’acacia bio
  • 1 mesure d’eau de rose bio
  • J’ajoute ensuite quelques gouttes de conservateur (par exemple huile essentielle de pépin de pamplemousse ou concervateur Ecocert …)

Je réalise ce lait en petite quantité et je ne le conserve au frais que quelques jours.

Quand je suis pressée et que je n’ai pas le temps d’en refaire, j’utilise juste de l’huile de noyau d’abricots bio comme démaquillant.

Le tonique

Ma formulation est un mix de deux recettes du livre « Mon cahier de beauté naturelle » de Sophie Lacoste et Lisa Pascal :

  • Une lotion à base de prêle pour ses vertus cicatrisantes et son effet tenseur sur la peau.
  • Une lotion à base de clous de girofle pour ses vertus bactéricides.

Voici le résultat:

  • Faire bouillir 30 cl d’eau dans une casserole et ajouter 10 clous de girofle pendant 30 minutes.
  • 7 minutes avant la fin de la cuisson, baisser le feu à petits bouillons et ajouter 3 cuillères à soupes de feuilles prêle séchée bio (au rayon tisanes) . On obtient ainsi une décoctions de clous girofle et de prêle.
  • Laisser refroidir, filtrer, et verser dans une bouteille stérile.
  • J’ajoute ensuite quelques gouttes de conservateur (par exemple huile essentielle de pépin de pamplemousse ou concervateur Ecocert …)

Le sérum

Je mélange dans un récipient stérile:

  • 1 mesure de gel d’aloe vera bio
  • 2 mesures d’hydrolat de rose bio
  • 1 mesure d’huile d’onagre bio
  • et quelques gouttes de conservateur (par exemple huile essentielle de pépin de pamplemousse ou conservateur Ecocert …)

La crème de jour

Je réalise ma crème de jour hydratante pour peaux sèches et matures à partir des ingrédients suivants :

Ingrédients à ajouter à chaud :

Ingrédients à ajouter à froid :

D’une manière générale je me suis inspirée de la méthode proposée par la bloggeuse et formulatrice en pharmacie Reo afin de respecter des proportions de base pour réaliser une émulsion facilement.

Ensuite, j’ai repris quelques uns des actifs principaux de ma crème fétiche du commerce à base de grenade bio, pour ne pas la citer… J’ai volontairement réduit le nombre d’actifs de l’ensemble des cosmétiques que j’utilise dans une semaine pour des raisons de coûts, pour commencer par des formules simples et pour vérifier les résultats petit à petit avant d’essayer et de comparer avec de nouveaux ingrédients.

J’utilise la méthode « one-pot » pour mélanger tous les ingrédients :

  • Je mets en place un bain marie avec une petite casserole et un bol de cuisine en inox désinfecté au dessus. L’eau ne doit pas toucher le bol.
  • Je place dans le bol tous les ingrédients à chaud ci-dessus. Je fais chauffer l’eau à feu moyen jusqu’à ce que l’émulsifiant fonde. Je mélange énergiquement avec un mini-fouet désinfecté jusqu’à ce que le mélange soit bien homogène.
  • Je retire du feu et je place le bol dans un saladier d’eau froide pour le refroidir rapidement. Je continue à mélanger 3 minutes jusqu’à ce que le mélange refroidisse.
  • Ensuite j’ajoute les ingrédients à froid et je mélange jusqu’à obtenir une crème homogène.
  • Je transfère enfin dans un pot stérile.

L’huile de nuit

J’ai choisi une huile pour la nuit pour la simplicité et la rapidité de sa préparation et qui, contrairement aux idées reçues, ne laisse absolument pas la peau grasse, en tout cas pas pour ma peau ultra sèche. On recommande même au contraire l’huile de noisette comme soin pour les peaux grasses.

Voici ma formulation :

Le masque hebdomadaire

Je vous partage une recette indienne ancestrale de mon amie Ena qui est originaire de ce pays. Après recoupement par rapport au livre « Mon cahier de beauté naturelle » de Sophie Lacoste et Lisa Pascal, il semblerait qu’il s’agisse effectivement d’une formule classique, reconnue et idéale en cosmétiques maison:

  • 1 yaourt nature bio
  • 1/2 jus de citron
  • 1 cuillère à soupe de miel d’acacia
  • 1 pincée de curcuma bio.

On étale sur la peau et on laisse agir 20 à 30 minutes.

 

Le haut à col volanté en lin écru et liseré or

IMG_2881IMG_2885IMG_2883IMG_2878Voici ma dernière création : Le haut à col volanté dont le patron est issu du livre Nouveaux Intemporels Pour Enfants d’Astrid Le Provost.

Il est en lin écru très fin de chez couturelin. J’ai ajouté un liseré en fil or. J’ai pour cela simplement surfilé le bord du col avec du fil or spécial couture.

La robe habillée

 

Robe habillée
Robe habillée issue du livre « Nouveaux Intemporels pour Enfants » d’Astrid le Provost
Robe habillée
Robe habillée issue du livre « Nouveaux Intemporels pour Enfants » d’Astrid le Provost
Robe habillée
Robe habillée issue du livre « Nouveaux Intemporels pour Enfants » d’Astrid le Provost

Voici également une création issue des Nouveaux Intemporels Pour Enfants d’Astrid Le Provost. Il s’agit de la Robe Habillée réalisée ici en twill de coton blanc et en tulle blanc étoilé pailleté, avec un ruban en velours bois de rose. Le tout acheté chez cousette.com.

Ma fille a juste 6 ans, j’ai bien pris ses mesures et j’ai réalisé la robe en largeur 6 ans et longueur 8 ans. Pour l’encolure j’ai choisi la bande d’encolure en taille 8 ans, car en taille 6 ans, je n’arrivais pas à faire des fronces de tissu et de tulle suffisamment serrées.

Je suis peu satisfaite de la coupe car je trouve qu’il y a trop de largeur de tulle ce qui donne un effet trop bouffant. Ma fille a l’air d’un bibendum là dedans. Si c’était à refaire, j’aurais choisi largeur 4 ans et longueur 8 ans, voire 10 ans.